Alimentation durable

Programme National Pour L'Alimentation


Contexte en Martinique 

L’alimentation en Martinique est fortement dépendante des importations : seuls 15% de la viande, 3% du lait, 12% des produits de la pêche, 44% des fruits et légumes consommés sont produits localement. Le foncier limité, la contamination de certaines terres, les contraintes d’exploitation (dénivelés, aléas climatiques…) complexifient le développement d’une agriculture locale à même de nourrir la Martinique.

Ce défi est aussi une opportunité pour développer une agriculture performante « environnementale » et contribuer à la lutte contre le changement global. 

Produire autrement Économie circulaire - alimentation durable jardin

Contrairement au constat national, l’agriculture martiniquaise est faiblement consommatrice d’énergie et émettrice de GES (respectivement 2% et 1% du bilan martiniquais). Elle doit tout de même trouver ses voies d’adaptation au changement climatique et profiter de l’opportunité des énergies renouvelables .

Pratiques agro-écologiques, agriculture raisonnée, cultures sous serres (…), afin de mieux appréhender cette diversité de systèmes de production et leurs impacts, l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) est un outil d’évaluation et d’aide à la décision reconnu et préconisé aux filières.

Avec le soutien de l’ADEME, la filière « Banane » suit depuis plusieurs années l’ACV d’exploitations et fait l’évaluation de ses pratiques. Le CIRAD est aussi partenaire sur l’amélioration des modèles d’ACV en milieu tropical.

La gestion des déchets des acteurs agricoles fait aussi l’objet d’une attention particulière. Une filière pérenne de traitement des déchets d’agrofourniture est en train d’émerger grâce à l’animation de l’APROMAR sur le sujet, avec le soutien de l’ADEME. Le compostage à la ferme ou industriel est aussi soutenu par l’agence. 

Consommer autrement  

Les circuits courts, les jardins partagés, permettent de reconnecter le citoyen à ce qu’il mange. Des initiatives se multiplient en Martinique. Les plus innovantes et performantes du point de vue environnemental sont soutenues par l’ADEME comme le jardin partagé de Trenelle Citron porté par l’association CCPYPM

La lutte contre le gaspillage alimentaire est aussi un moyen d’améliorer son empreinte écologique de consommateur. Cela représente près de 29kg/hab/an de nourriture gâchée (moyenne nationale), dont 5kg encore emballés (donnée Martinique) ! 

La lutte contre le gaspillage fait partie intégrante des programmes locaux de prévention des déchets des EPCI avec notamment des actions auprès des établissements scolaires. Une quinzaine de cantines a déjà été ainsi diagnostiquée et a établi des mesures pour réduire le gaspillage alimentaire (et trier les biodéchets).


Objectif et missions de l’ADEME  Projet alimentaire territorial

Les objectifs de l’ADEME sur l’alimentation durable en Martinique sont :

  • Améliorer la connaissance sur le contexte local ;
  • Sensibiliser le grand public, le secteur économique et les institutions via le développement de relais ;
  • Accompagner techniquement et financièrement les porteurs de projets sur des réalisations innovantes et/ou exemplaires ;
  • Faire émerger des Projets Alimentaires Territoriaux (PAT). 

Les PAT sont des cadres d’accompagnement traitant le sujet de l’alimentation d’une manière globale à l’échelle d’un territoire.


Comment agir ? 

L’ADEME s’associe à la Collectivité Territoriale de Martinique et à la DAAF afin de proposer un appel à projets annuel sur la thématique de l’alimentation durable. Dans le cadre des financements apportés par l'ADEME, l'appel à projets a pour objectif de soutenir des projets comportant une dimension environnementale forte.

Télécharger la synthèse des lauréats 2016/2017 (PDF - 15.79 Mo) .
 

Quelques documents de référence