ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Martinique

Changement climatique

Contexte régional

Il existe un consensus scientifique sur la réalité des modifications climatiques dues à un renforcement de l'effet de serre lié aux activités humaines. Depuis le début de l'ère industrielle (fin du XVIIIème siècle), les concentrations de gaz à effet de serre augmentent à un rythme jamais égalé. Ces gaz, principalement issus de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon) renforcent le phénomène d’effet de serre et ont un impact sur le climat.

Afin de lutter contre le changement climatique, les pays industrialisés ayant ratifié le protocole de Kyoto se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. La France est désormais engagé dans le facteur 4 en 2050 qui consiste à diviser par 4 le niveau d’émission de 1990 au milieu de ce siècle. L’objectif est de contenir l’augmentation de la température moyenne mondiale à 2°C à la fin du siècle pour éviter un emballement climatique.

En Martinique, on observe un réchauffement de 1°C en 55 ans. 

Fort de France : la température. Réchauffement observé : plus de 1 degré en 55 ans. De 1950 à 2005, la courbe des températures est passée de 25,3 degré à 26,4.

Source : Météo France

Outre la lutte contre le changement climatique, il est urgent en Martinique de limiter la dépendance à l’énergie fossile de l’île (près de 98% de l’énergie primaire - forme d’énergie disponible dans la nature avant toute transformation (source wikipédia) - consommée est fossile).

Données ADEME 2008 : les ressources renouvelables locales représentent 2,2%, les ressources fossiles importées 97,8%

Données ADEME 2008

Le secteur des transports est de loin le plus consommateur d’énergie. Les consommations du secteur de l’habitat et du tertiaire ont augmenté de près de 4% entre 1999 et 2005 principalement à cause de l’usage de plus en plus systématique de la climatisation. Le facteur 4 en 2050 ne pourra pas être atteint si le recours à la climatisation se poursuit comme aujourd'hui sans envisager préalablement des solutions alternatives (brasseur d’air, conception bioclimatique).

Consommation d'énergie finale en 2005 (par secteurs d'activités). Version accessible ci-après.

Version accessible (DOC - 33.3Ko)

Un Martiniquais émet aujourd’hui plus de CO2 qu’un métropolitain à cause de son niveau de dépendance aux énergies fossiles. Quand on sait que nous n’avons pas besoin de chauffage en Martinique alors qu’il représente les 2/3 des consommations du secteur de l’habitat sur l’hexagone et que l’industrie est beaucoup moins émettrice ici, le gisement d’économie est immense.

Données ADEME 2008 : Guadeloupe 4,0 teqCO2 par personne ; Réunion 4,7 teqCO2 par personne ; Métropole 6,0 teqCO2 par personne ; Martinique 6,3 teqCO2 par personne

La lutte contre le changement climatique doit être menée à une échelle mondiale. Elle doit se conduire sur deux fronts à la fois :

  • l’atténuation qui consiste à réduire les émissions de gaz à effet de serre rejetée dans l’atmosphère à l’origine de l’évolution du climat constatée unanimement par les experts climatiques réunis au sein du Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat (GIEC),
  • l’adaptation dont le but est de mettre en place une stratégie d’adoption au changement climatique inéluctable et déjà enclenchée même dans l’hypothèse de l’objectif d’atténuation ambitieux du facteur 4 en 2050.

L’atténuation doit conduire à limiter le changement climatique dans la limite de 2°C sur la planète pour éviter l’emballement climatique.
Dans cette perspective, chaque pays et chaque territoire doit apporter son concours. L’ADEME accompagne donc le territoire de Martinique pour la mise en place d’une stratégie d’atténuation du changement climatique et d’adaptation.

La part des énergies renouvelables est encore marginale dans la production d’électricité :

Évolution de la production d’énergie d’origine renouvelable (en tep). Version accessible ci-après.

Version accessible (DOC - 33.3Ko)

Au total, la Martinique a émis plus de 2 900 000 tonnes d’équivalent CO2 (teqCO2) en 2007, dont 560 000 teqCO2 ont été « retenues » par les forêts du territoire.

Émissions de gaz à effet de serre d’origine énergétique en 2005. Version accessible ci-après.

Version accessible (DOC - 32.3Ko)

Action de l’ADEME

L’ADEME soutient au niveau régional les projets de réduction de la demande énergétique et de développement des énergies renouvelables.
Elle s’appuie sur des relais qu’elle a mis en place et qu’elle soutient :

  • Les Espaces info-énergie de la CACEM, du CAUE et de la CAESM pour accompagner les particuliers
  • Le Conseillers Énergie Partagée du SMEM pour accompagner les collectivités

Elle soutient des projets innovants et ambitieux de production d’énergie renouvelable, de maîtrise de la demande énergétique ou de développement de bâtiment tertiaire ou résidentiel exemplaire ou démonstrateur comme la construction de logement collectif selon le référentiel Écodom+.